Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Ca n’a l’air de rien, mais c’est une révolution qui vient d’être annoncée pour les années d’étude des langues à l’étranger. En effet, l’année de césure, qui permet à un étudiant d’interrompre pour une année le cheminement de sa scolarité, est maintenant officiellement reconnue. En clair, voici les effets de cette évolution.

 

Comprendre l’année de césure :

C’est une circulaire interministérielle datée du 22 juillet 2015 qui a acté cette prise en compte de l’année de césure. Cette période de césure doit correspondre à une année du calendrier universitaire et se dérouler dans le cadre des études supérieures. Elle pourra être mise en place dès la première année des études supérieures, mais ne pourra être prise après la fin de la dernière année d’études. Elle a pour vocation de permettre à l’étudiant d’acquérir une expérience autre que sa formation, telle que l’acquisition d’une langue étrangère dans le cadre d’une formation à l’étranger, ou d’un stage en entreprise en dehors de la France par exemple. La circulaire précise que cette année de césure n’a pas de caractère obligatoire. Il s’agit donc d’une décision à l’initiative de l’étudiant désireux d’enrichir son expérience personnelle et/ou professionnelle avant de terminer son cursus.

Les nouveaux avantages de l’année de césure :

Ces nouvelles mesures offrent principalement 3 avantages non négligeables aux étudiants :

  • Le statut d’étudiant conservé durant l’année de césure : Les étudiants choisissant d’effectuer une année de césure bénéficieront du maintien de leur statut d’étudiant. Ainsi, les étudiants ayant fait le choix d’interrompre temporairement leur formation supérieure, garderont leur carte d’étudiant (et donc tous les avantages associés), mais également leurs bourses d’étude, et leur couverture sociale étudiante (Les couvertures maladies varient si l’étudiant part en formation à l’étranger, selon qu’il soit en Europe ou en dehors de la communauté européenne. Il est essentiel de se renseigner auprès de la caisse d’assurance maladie avant de partir à l’étranger). L’étudiant maintien son statut d’étudiant auprès de son établissement de formation sans avoir à s’acquitter des droits d’inscription pour l’année concernée.
  • L’établissement accueillant l’étudiant avant l’année de césure s’engage à reprendre l’étudiant pour poursuivre son cursus à son retour.
  • L’étudiant conserve ses crédits ECTS acquis avant son départ.

 

Les démarches de mise en place d’une année de césure :

Encore une fois, le processus est assez simple. L’étudiant devra expliquer son projet par le biais d’une lettre de motivation auprès du directeur de d’établissement fréquenté avant l’année de césure. Il est essentiel de bien rédiger son argumentation car l’acceptation de l’année de césure sera conditionnée par l’approbation du chef d’établissement. N’hésitez pas à demander un devis détaillé à l’agence organisatrice de votre formation à l’étranger, si telle est l’utilisation que vous faites de votre césure, pour étayer votre demande.

Comment exploiter au mieux votre année de césure :

Votre formation initiale vous permet d’acquérir des compétences particulières dans votre domaine, mais vous souhaitez pouvoir par la suite utiliser ces compétences dans une entreprise internationale, voir même à l’étranger. L’année de césure est donc idéale pour prendre le temps de perfectionner vos compétences en langues étrangères. Vous pouvez ainsi utiliser tout ou partie de votre année de césure pour apprendre l’anglais de manière à pouvoir travailler à l’international.

Si vous choisissez de consacrer l’intégralité de votre année de césure dans cet objectif, il vous faudra opter pour l’année d’étude de l’anglais dans une école de langue à l’étranger.

Vous pouvez également envisager votre année de césure différemment, et associer une partie de formation linguistique et l’autre partie en stage ou en job rémunéré, pour améliorer vos compétences professionnelles et/ou financer vos études. Il est alors idéal de favoriser un semestre d’étude de l’anglais.

 

 

Et si vous vous posez des questions sur l’intérêt d’une telle expérience, nous vous invitons à découvrir le blog d’Anne-Laure, qui a fait le choix de partir pour une année d’étude de l’anglais à New-York, et qui raconte son expérience en temps réel.