Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Mardi 19 juillet, le soleil brille comme jamais, brûle même sur Palos Verdes. La matinée se passe au frais dans les salles de classes : cours sur les différents accents (californien, texan…) pour les uns, projection de films des frères Lumière pour d’autres.
Après le repas, les ateliers de cinéma débutent. Le groupe de Mathilde, Laura, Marc, Léa et Floriane commence le tournage de leurs scènes. “En place, silence, moteur, clap, action !” D’abord en extérieur, puis en intérieur. Sur un coin de pelouse au pied d’un arbre, dans la chapelle du campus, sur le parking. On multiplie les prises, soit car le mouvement de caméra n’est pas satisfaisant, soit parce que le jeu d’acteur de correspond pas. Ou alors c’est l’actrice principale du court-métrage qui met bien du temps à se décider à embrasser son partenaire comme le demande la scène, alors qu’elle savait bien à quoi s’attendre au vu du scénario. Une fois sur scène c’est moins facile. Tout finit par s’arranger grâce aux copines qui montrent comment faire… ! Dans cette équipe, les postes techniques sont tournants : chacun sera donc à tour de rôle caméraman, preneur de son, clapman, réalisateur… Marc a obtenu le second rôle masculin, et Floriane un rôle de figurant en tant que… brute épaisse !

Dans l’autre groupe, on procède différemment. On étudie le travail d’Élodie qui s’est attelée au storyboard grâce à ses talents de dessinatrice ; Nathan, à qui l’on doit le scénario, s’est vu attribué le premier rôle masculin et Claudia notre discrète benjamine a été choisie par un vote sans appel pour le premier rôle féminin. Ambroise a obtenu un poste souvent jugé ingrat mais ô combien indispensable dans un film, celui d’assistant de production. Florentin est monsieur son. Puis toutes les scènes qui doivent se dérouler dans le décor “salle de classe” sont tournées. Jeudi, ils se rendront sur la plage pour mettre en boîte quelques scènes extérieures. Et voilà, comment en étant malin, on peut joindre l’utile à l’agréable. C’est ce qui s’appelle bien choisir ses lieux de tournages !

Le soir, le moment tant attendu par votre group leader et certains de nos jeunes, et ce depuis le 13 juillet dernier. Nous nous sommes rendus dans une excitation palpable au cinéma AMC pour voir -enfin !- le dernier opus du sorcier à lunettes, le célèbre Harry Potter ! Nous avons certes payé notre place au prix fort (18$ + 10$ de transport) mais le spectacle nous a éblouis de par la qualité du film mais aussi par la qualité de l’écran et du son propre aux salles IMAX. Et c’est avec une émotion particulière (des larmes ont été versées ça et là durant la projection) que nous avons vibré une dernière fois sur grand écran avec Harry Potter et ses amis, une aventure qui aura marqué 10 années de notre vie en tant que lecteurs et spectateurs. Clap de fin.